6332 Compte rendu de la Gay Pride 2012 de Saint Pétersbourg. | Hidden

La bannière doit faire 1005 x 239 pixels

Hidden
Un blog Yagg
Dernier Billet
Non classé | 10.07.2012 - 13 h 03 | 1 COMMENTAIRES
Compte rendu de la Gay Pride 2012 de Saint Pétersbourg.

Le Samedi 7 juillet 2012, a eu lieu la troisième Gay Pride semi officielle de Saint Pétersbourg. C’est Yuri Gavrikov, à la tête de l’organisation « égalité »  qui a entreprit de lancer ce mouvement, il y a environ deux semaines. L’association Vykhod, pour laquelle je travaille a été claire, elle ne participe à aucun mouvement qui n’ait pas reçu de permission préalable et qui n’est pas protégée par la Police. Nicolaï Alekseev, représentant de « Gay Russia » a lui apporté son soutien et devait être présent lors de l’événement. C’est là qu’il y a un os: la mairie refuse deux jours avant de donner son aval, apprenant que le rassemblement est une « Gay Pride ». Gavrikov réunit partenaires et journalistes le vendredi, et décide à la surprise générale de faire la Gay Pride à l’endroit oú ils avaient préalablement eu l’autorisation: un parc éloigné  du centre et très peu fréquenté.

 

Conséquence ? Tout le monde a lâché Gavrikov. Vykhod pour la raison évoquée plus haut, et Nicolaï Alekseev parce qu’il n’a pas compris (et moi non plus) pourquoi l’organisation de Gavrikov a tenu à faire la gay pride dans ce parc. Si on suit une certaine logique, quitte à faire une pride sans autorisation, autant la faire devant l’Hermitage, en plein centre ville devant touristes japonais et oligarques de gazprom.

Du coup, ça a été très mal organisé. Il y avait 6 manifestants LGBT dans le parc Polioutrovski, quelques nationalistes (eux aussi apparemment mal organisés, mais on ne va pas s’en plaindre) et beaucoup, beaucoup de policiers et de journalistes (c’est peut être le seul point positif du mouvement: la médiatisation). Le premier mouvement s’est déroulé dans le parc à midi, il a duré deux minutes. Quelques nationalistes ont tenté d’arracher quelques affiches, mais les policiers ont dispersé tout le monde et ont arrêté les deux organisateurs principaux: Gavrikov et son amie Valentina. Il y a donc eu deux arrestations le matin et tout le monde est parti.

 

Ensuite, une poignée de manifestants s’est retrouvée vers 13h30 devant l’administration de la ville: l’administration  « Smolny « . C’est de là que proviennent mes images. Là aussi, peu de manifestants, aucun contre manifestants mais beaucoup de journalistes et de policiers. Les policiers ont laissé les manifestants s’exprimer devant les journalistes avant de contrôller leurs passeports. 4 manifestants un peu plus bruyants que les autres ont été arrêtés (la fille qui se fait arrêter dans ma vidéo demande pourquoi on l’arrête, le policier lui répond qu’elle les empêche de faire leur travail…). J’ai parlé à deux manifestants qui ne se sont pas fait arrêté, la raison ? Ils sont (ou ont dit qu’ils étaient) hétéro (!).

 

Pour ceux qui voudraient revoir ces images délectables, voici la vidéo que j’ai prise lors du rassemblement à l’administation Smolny:

(vous noterez les commentaires encore plus délectables d’un usager youtube qui porte avec fierté le nom de « homophobiapride » :S )

Gavrikov est resté en garde à vue tout l’après midi, il a été bien traité puisque sa détention n’a seulement consisté au remplissage de papiers administratif (ils aiment ça, les russes, l’administration). Il est en ce moment en cour pénale pour se faire juger. Son jugement s’appuie sur deux lois: la première contre la  « propagande homosexuelle », à cause de laquelle il devra payer environ 100 euros parce qu’ « il y avait des enfants dans le parc au moment oú la pride a eu lieu ». Personellement, je n’ai vu aucun enfant, passons. La deuxième loi a fait moins de bruit que la première mais contraint d’autant la liberté d’expression puisqu’elle condamne toute assemblée dans la rue non autorisée par la mairie. Cette loi est passée en Mai et rend à présent très difficile tout rassemblement, les réduisant à un certain nombre de personnes, et laissant à la mairie le libre choix du lieu, c’est à dire le plus loin possible de toute zone fréquentée. Gavrikov va donc être rendu coupable d’avoir enfreint ces deux lois.

 

Avant de retrouver Gavrikov a la sortie de son jugement, voici l’interview de ma  « patronne  »  Polina Savtchenko, réalisée la veille de la Gay Pride (en anglais), où elle explique très bien les enjeux et la position de son organisation.
partie 1: http://www.youtube.com/watch?v=LRRiOikP4DM&feature=youtu.be
partie 2: http://www.youtube.com/watch?v=hFc41C4Cm0c&feature=youtu.be

 

LES réactions (1)
Compte rendu de la Gay Pride 2012 de Saint Pétersbourg.

ajouteZ VOTRE réaction
Publicité